Bannière Kino
Sélectionner une saison
Automne
Hivers
Printemps
Été
bas du menu
Style de marche Vasy, fais-le pour toi Plaisirs d'hiver
haut contenu

flecheAccueil / le coin scientifique / articles / l'ostéoporose frappe...


Le coin scientifique
L'ostéoporose frappe aussi les hommes!

Plusieurs hommes seront surpris d'apprendre que, chez l'homme, les risques de fractures associées à l'ostéoporose sont plus grands que les risques d'avoir le cancer de la prostate. Selon l'Institut National de la Santé des États-Unis, environ deux millions d'hommes aux États-Unis font de l'ostéoporose et on estime entre 8 et 13 millions les hommes qui ont une faible masse osseuse.

Cette situation ne risque pas de s'améliorer. En effet, le nombre d'hommes ostéoporotiques risque d'augmenter de façon dramatique puisque ces derniers vivent de plus en plus longtemps. Selon l'Institut National de la Santé, le nombre d'hommes âgés de 70 ans et plus va doubler entre 1993 et 2050. En vieillissant, les hommes ne font pas face à une perte osseuse aussi importante que les femmes ménopausées. Toutefois, une fois atteint l'âge de 65-70 ans, la perte osseuse des hommes et des femmes est similaire.

Selon Marc Hochberg, MD, chercheur sur l'ostéoporose et professeur de médecine à l'Université du Maryland School of Medicine à Baltimore, l'exercice physique est crucial : « Les exercices en résistance (par exemple lever des poids et haltères) qui permettent d'augmenter ou de maintenir la force musculaire et l'équilibre entre les muscles agissent de concert avec la médication afin d'augmenter la densité minérale de l'os et d'aider à prévenir les chutes ». La prévention des chutes est d'une grande importance puisque si seulement 30 % des fractures de la hanche se produisent chez les hommes, il n'en demeure pas moins que, comme les hommes développent l'ostéoporose à un âge plus avancé, le taux de mortalité associé aux fractures de la hanche est plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

Il est donc faux de croire que l'ostéoporose n'épargne pas la population masculine, puisqu'un homme sur huit sera diagnostiqué ostéoporotique au cours de sa vie.

Référence : Osteoporosis in Men. The Physician and Sportsmedicine. Vol. 31, no. 10, octobre 2003.

Pour en savoir plus sur l'ostéoporose... Voici ce que nous dit une spécialiste.

Claudine Blanchet, Ph.D. kinésiologue

Chaire d'enseignement et de recherche sur une approche intégrée en santé

Centre hospitalier universitaire de Québec

Qu'est-ce que l'ostéoporose?
L'ostéoporose est définie comme étant une affectation du squelette, caractérisée par une perte de résistance des os prédisposant aux fractures. La résistance osseuse réside dans deux grandes propriétés : la densité et la qualité des os.

Qui en est principalement atteint?
On estime que plus d'un demi million de Québécois en sont atteints. Les femmes âgées de 50 ans et plus sont les plus touchées par l'ostéoporose. Traditionnellement, cette population est largement sédentaire, ce qui l'expose à un niveau de risque plus élevé. En effet, seulement le quart des femmes québécoises âgées de 65 ans et plus s'adonne trois fois par semaine à une activité physique d'une durée de 30 minutes ou plus. Elles ne sont que 9,4 % à pratiquer une activité physique deux fois par semaine et 12,5 % hebdomadairement.

Quels sont les symptômes?
Certaines personnes confondent l'ostéoporose et l'arthrose. Contrairement à l'arthrose qui amène de la douleur aux os et aux articulations, l'ostéoporose est indolore. L'ostéoporose est une maladie silencieuse des os qui prend de nombreuses années à se manifester. La fracture est la manifestation clinique la plus fréquente associée à l'ostéoporose. Elle peut survenir chez une personne ostéoporotique à la suite d'un stress qui s'avérerait sans conséquence pour un os normal. Dans les cas les plus graves, la simple action d'éternuer, d'étreindre quelqu'un ou de se pencher peut entraîner une fracture. Au cours de sa vie, la femme a un risque plus élevé de se fracturer la hanche (1 sur 6) que de développer un cancer du sein (1 sur 9).

Quelle est la cause?
L'ostéoporose ne résulte pas d'une cause unique, mais plutôt d'un ensemble de facteurs. Le bagage génétique est le plus influant, puisqu'il détermine 70 à 80 % de la densité osseuse minérale, le meilleur indice de prédiction du risque d'ostéoporose. Il est toutefois possible d'avoir un impact sur les 20 à 30 % résiduels en adoptant de bonnes habitudes de vie, telles qu'une consommation quotidienne suffisante de calcium et de vitamine D et une pratique régulière d'activités physiques.

La pratique régulière d'activités physiques peut-elle aider à prévenir l'ostéoporose?
L'activité physique peut contribuer à réduire de 20 à 35 % le risque de fracture en influençant directement la masse osseuse et en diminuant le risque de chute. La nature des entraînements suggérés aux personnes ostéoporotiques peut varier.

  1. Les activités physiques à dominante aérobie (ex : marche, jogging, sports de raquette) : Ces activités ont un impact sur la masse osseuse, en plus d'améliorer la santé du système cardio-respiratoire, protégeant ainsi des maladies cardio-vasculaires.
  2. La musculation en force (par exemple lever des poids et haltères) : Un tel entraînement engendre une contrainte mécanique sur l'os. Cette surcharge provoque une amélioration de la force musculaire, de la masse musculaire et de la puissance.
  3. Les exercices de flexibilité au niveau du dos, des membres supérieurs (cou, épaules) et inférieurs (jambes, chevilles) : Ces étirements améliorent l'amplitude articulaire, permettent un relâchement des muscles et jouent un rôle préventif en diminuant les risques de chute en raison de la mobilité accrue qui en découle.
  4. Les exercices d'équilibre ou de stabilisation (tels des exercices dirigés sur ballon). Ce type d'exercice a une double fonction : améliorer la stabilité et la posture tout en stimulant les muscles stabilisateurs qui jouent un rôle de premier plan dans la prévention des chutes.
bas contenu